Accueil Humeurs Phase 1 – Utopie – Villages et villageois

Phase 1 – Utopie – Villages et villageois

9 min lues
0
0
21

Premiers mots sur ce sujet qui me travaille depuis longtemps: l’abandon apparent quasi total de nos politiciens de leur pouvoir aux mains des banques et autres consortiums économiques. A force d’obligation d’un résultat économique équilibré, d’une concentration obtue sur le chiffre, il semble que nos leaders ait oublié leur rôle: Servir de moteur à leur pays, que ce soit aux niveaux économique, idéologique ou politiquePerso, je n’en attends pas moins. Pas plus non plus, il faut bien qu’on se garde une partie du boulot.

Nos génies du pouvoir devraient pouvoir faire preuve d’élitisme créatif, capable de tirer un pays tout entier vers un meilleur avenir. Et très franchement, à quoi est-ce qu’on assiste depuis maintenant quelques années? Un affaissement intellectuel et créatif de ces chères têtes pensantes, rien de moins. On retrouve malheureusement trop souvent un troupeau de mégalos mal conseillés à la tête de nos petites sociétés, qu’elles soient en paix ou en guerre. Marre de ne trouver que des interventionistes effrayés de leur propre ombre, qui comptent prudemment en points de popularité leur intelligence. Ils devraient bien souvent s’inquiéter de voir à quel point leurs calculs sont mauvais, au vu de l’effondrement de leur quotas.   Quels horizons pour les jeunes générations, et les moins jeunes aussi? Il ne fait pas très bon avoir son avenir devant soi ces temps-ci, quant à chaque pas on vous annonce que la pente est glissante…

Maintenant, trêves de pleurs et de lamentations, qu’est-ce qu’on peut oser proposer? A nous citoyens de nous sortir les mains des poches et les idées du crâne, de proposer, fuser et bouillonner, histoire de jeter à la face de nos zélites les idées dont elles semblent simplement incapables.

J’ai découvert il y a peu un bouquin anglais qui semble porter les idées qui me turlupinent depuis quelque temps.  Small is Beautiful: Study of Economics as If People Mattered de E.F. Schumacher. Ecrit l’année de ma naissance, je me sens un peu en retard. Il me reste à l’acheter, le lire et essayer d’en tirer mon propre lot d’information et de critiques.

Mon point de vue est le suivant: Notre société est actuellement assez embourbée dans une macro-économie qui se tire régulièrement par le bas. OK, ce n’est pas super optimiste, mais bon, le jour ou le journal télévisé (très puissament orienté crash en voiture, en bourse ou en avion, bref, ensanglanté) m’annoncera que tout va bien sous le meilleurs des cieux, je me ferai un plaisir de l’annoncer aussi.  Que ce soit sur le plan environnemental, économique ou social, j’ai l’impression qu’on a pris un mauvais virage il y a quelque temps, et que plutôt que de ralentir et faire demi tour, on s’est dit que non, on continuerais sur la même voie, parce que c’est plus facile. Donc il ne reste plus qu’à proposer des options radicales pour rester inventifs, parce que les autres voies sont déjà un peu bouchées.

1) Faire payer à tous les niveaux les coûts écologiques de nos industries. En clair, si un produit est fabriqué en Chine pour une once d’Euro plutôt qu’à trouville à côté de son point de vente, parce qu’il aurait coûté 2 onces à la production, et bien pas de chance, on fait payer les coût écolo-transport: et une once supplémentaire sur le prix. Oh, pas de chance, on doit aussi payer les intermédiaires une demi-once. Il serait donc plus économique de le produire à Trouville? Mais comment cela est-il possible? 

Bon, OK, c’est ultra simpliste, mais est-ce que cela veut dire que c’est une erreur de penser ainsi: faire se rejoindre ECOnomie et ECOlogie, cela parait évident, même au niveau linguistique.

2) Dans le même sens, faciliter la création des petites et moyennes entreprises en allégeant leurs charges de manière radicale, et simplifiant la paperasse au maximum. Ne surtout pas faire payer le même taux imposable au courageux qui décide de monter sa propre entreprise, payer des impôts et faire gagner de l’argent à l’état par là-même. Est-ce que nos courageux chefs d’état accepteront un jour de tirer moins de la poche des individus pour que leur collectivité apporte plus?

Bon, j’arrête pour aujourd’hui. Je risque déjà de passer pour un révolutionnaire de pacotille avec ces quelques lignes, mais je vais essayer d’apprendre plus et développer ces idées dans un sens intelligible et constructif…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par bloguetrotteur
  • Une retraite active?

      OK, je n’y suis pas encore arrivé; OK, j’en suis même à des kilomètres,…
  • The big ask

    Bon, OK ce n’est pas exactement ce que j’appellerais un titre accrocheur, ni u…
  • Phytorestore, pour dépolluer naturellement

    Votre ville cherche à améliorer le niveau de pollution environnementale mais s’y pre…
Charger d'autres écrits dans Humeurs

Laisser un commentaire

Consulter aussi

ADEME – Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

   Votre maison est un gouffre énergétique? Vous cherchez à l’isoler au niveau bruit…